"Amazones"

Marinette Dozeville

 

  • Dates de résidence : du 18/05 au 30/05/2020
  • Restitution publique : vendredi 29 mai 2020 à 19h
  • En savoir +

AMAZONES

Pièce pour sept interprètes, librement inspirée du livre Les Guérillères de Monique Wittig

Dans la continuité de ses recherches et explorations chorégraphiques féministes, la compagnie affirme avec AMAZONES le passage du singulier au pluriel, de la solitude au collectif, de la figure sauvage à la meute, à la horde. Nourrie de la création de Là, se délasse Lilith Manifestation d’un corps libertaire (création 2018), la compagnie se tourne maintenant vers une figure symbolique plurielle à travers les amazones.

Peuplade légendée, fantasmée, déclinée et récupérée comme a pu l’être à sa manière le personnage de Lilith, les amazones représentent également un symbole de liberté assumée et affichée, qui passe par l’autonomie radicale d’un groupe au féminin. Cette autonomie, insupportable et in-envisageable pour un modèle de société ancré dans un système de pensée, de vertu et de fonctionnement patriarcal, leur a valu d’être tout autant sujets à raillerie qu’à admiration, comme peuvent l’être à ce jour les différentes initiatives féministes contemporaines.

avec Milane Cathala-Difabrizio, Younes Guilmot, Margaux Lavie, Thalia Apsor Provost, Arthur Roussel, Anaïs Thongsoume et Lucie Boscher-Fournaise.

Julie Nioche, chorégraphe et conseillère artistique, Frédéric Xavier Liver, plasticien.

Collaboratrices artistiques de recherche et Laboratoire
Rachele Borghi, maître de conférence en géographie à la Sorbonne, activiste queer, travaillant sur le corps comme territoire
Stéphanie Auberville, chorégraphe
Nathalie Azam, metteuse en scène et comédienne,
Suzanne Robichon, auteure et spécialiste de Wittig

Revenir aux résidences