"Contre-nature" /// REPORTÉ ///

Pour des raison indépendantes de notre volonté, nous nous voyons dans l'obligation
de reporter la résidence de Daouda Nganga en 2021.

Daouda Nganga, ou Sam7
(avec le soutien du Ministère de la culture - DGCA - et l'atelier des artistes en exil)

 

Entrée libre sur réservation au 06 95 24 61 46 ou info@lapratique.org

Réservation indispensable afin de pouvoir mettre en place les mesures barrières.
Nous vous remercions de bien vouloir vous munir d'un masque.
Du gel hydroalcoolique sera disponible sur place. 

 

  • Dates de résidence : du 07/09 au 12/09/2020
  • Restitution publique : vendredi 11 septembre 2020 à 19h
  • En savoir +

Daouda Nganga, ou Sam7 de son nom d’artiste, cherche inexorablement un état de corps «transporté», en communion avec le cosmos. Il offre ainsi à son esprit de se détacher pour échapper aux limites du monde d’ici-bas. La transe est pour lui un déplacement nécessaire, un renoncement de soi qui, par le mouvement, ouvre la voie à une autre ordonnance. Il emprunte les traditions spirituelles de dialogue avec les esprits et les ancêtres des royaumes kongo et mandingue, élabore au gré de ses rencontres en Afrique et en France une gestuelle résolument contemporaine, pour une signature unique — la sienne.

Après son solo Corps en Transe, Daouda Nganga initie avec 3 danseurs et un musicien un nouveau travail chorégraphique autour de la réconciliation, dans une tentative de réponse au climat d’animosité générale que nos sociétés connaissent.

Daouda Nganga (Congo Brazzaville), danseur et chorégraphe
Mamady Condé (Guinée Conakry), danseur
SoumaIla Tounkara (Mali), danseur
Mbarou Nadiaye (Sénégal), danseuse
Mass Bass Bintsamou (République Démocratique du Congo), bassiste

L’atelier des artistes en exil :

Structure unique en France, l’aa-e a pour mission d’identifier des artistes en exil de toutes origines, toutes disciplines confondues, de les accompagner au regard de leur situation et de leurs besoins administratifs et artistiques, de leur offrir des espaces de travail et de les mettre en relation avec des professionnels afin de leur donner les moyens d’éprouver leur pratique et de se restructurer.

Revenir aux résidences